Communiqués et courriers

jeudi 23 juillet 2015

Vous trouverez ici les communiqués des représentants du personnel de l’INC, ainsi que les courriers envoyés par le comité de soutien aux signataires de la pétition.



Communiqué de presse des représentants du personnel de l’INC

Mercredi 28 septembre 2011

60 Millions de consommateurs mis en danger


Aujourd’hui, mercredi 28 septembre, l’Assemblée nationale commence l’examen du projet de loi renforçant les droits, la protection et l’information des consommateurs. Ce texte vise notamment à « promouvoir une consommation de qualité et à renforcer l’information et la protection du consommateur ». Ironie du sort : l’initiateur de ce texte, Frédéric Lefebvre, secrétaire d’État à la consommation, est dans le même temps celui qui envisage de privatiser l’un des principaux organes d’information et de défense du consommateur : 60 Millions de consommateurs. Le magazine est effectivement dans le collimateur des pouvoirs publics.

Indépendant, sans publicité, conçu par des journalistes, juristes, économistes et ingénieurs, 60 Millions de consommateurs informe les consommateurs et défend leurs droits depuis plus de quarante ans. Mais il fait plus que cela : il remplit avant tout une mission de service public et c’est bien pour cette raison qu’il fait partie intégrante de l’Institut national de la consommation (INC).

Aujourd’hui, son indépendance et sa spécificité sont gravement remises en question : la direction de l’INC envisage « d’adosser les activités presse au secteur privé ». Un coûteux audit remis fin août estime qu’un apport massif de capitaux est la seule solution pour répondre aux difficultés financières que connaît actuellement la revue et pour la pérenniser. Comme l’INC ne possède pas cet argent, il serait donc nécessaire de faire appel à un acteur privé qui deviendrait actionnaire majoritaire, voire propriétaire unique et seul maître à bord.

Cette option relève davantage d’une volonté politique que d’une nécessité économique. 60 est un journal qui dérange : flambée des prix, baisse du pouvoir d’achat, inefficacité des politiques publiques... Sa voix diverge des voix officielles. Depuis deux ans, la direction de l’INC a inexplicablement stoppé les campagnes d’abonnement, ce qui a asphyxié le titre, qui avait toujours été à l’équilibre depuis dix ans.

La décision de privatiser 60 est inacceptable ! Car elle conduirait inévitablement à un démantèlement de l’INC et, à plus ou moins long terme, à la perte d’indépendance de 60, autrement dit à sa mort. Des salariés, des lecteurs, des citoyens ont décidé d’agir pour sauver le titre auquel ils croient. Une pétition mise en ligne par le comité de soutien a recueilli, en l’espace d’une semaine, plus de 6 000 signatures sur le site Soutenons60.org.

Nous, représentants des salariés au comité d’entreprise et au conseil d’administration de l’INC, appelons Frédéric Lefebvre à renoncer à son projet et à trouver une solution qui maintienne le titre au sein de l’INC, en lui permettant de retrouver un équilibre financier pour le plus grand bénéfice des soixante millions de consommateurs à qui il s’adresse.



Premier message envoyé aux signataires de la pétition

Samedi 1er octobre 2011

Mobilisons-nous contre la privatisation de 60 Millions

Merci d’avoir signé la pétition « Non à la privatisation de 60 Millions de consommateurs » !

En signant la pétition sur notre site Soutenons60.org, vous avez exprimé votre attachement au magazine « 60 Millions de consommateurs » et votre volonté de défendre son indépendance.

Nous vous remercions vivement de ce soutien et de vos nombreux messages d’encouragement.

Mais notre combat ne fait que commencer...

Le 9 novembre prochain, le conseil d’administration de l’INC doit se prononcer sur la cession de « 60 Millions » à un ou plusieurs opérateurs privés. Notre objectif est de convaincre les administrateurs qu’une telle décision signerait à plus ou moins long terme la mort de « 60 ».

POUR CELA, NOUS AVONS ENCORE BESOIN DE VOUS !

Car ces 7 000 signatures ne suffisent pas. Nous avons un peu plus d’un mois devant nous pour doubler, tripler, voire quadrupler le nombre des signataires.

Alors, soyez nos ambassadeurs : continuez à diffuser cette pétition auprès de vos réseaux et connaissances.

Tous les moyens sont bons :

=> Faites suivre le présent mail à vos amis, vos collègues, votre famille...

=> Imprimez notre tract, coupez-le en deux et distribuez-le dans la boîte aux lettres de vos voisins, ou déposez-en un petit paquet chez votre boulanger par exemple :

http://soutenons60.org/IMG/pdf/trac...

=> Abonnez-vous à notre compte Twitter et faites suivre nos infos à vos propres lecteurs :

http://twitter.com/# !/Soutenons_60

=> Devenez fan de notre page Facebook et invitez vos amis à en faire de même :

http://www.facebook.com/soutenons60

Vous pouvez retrouver sur notre site web le communiqué envoyé à la presse, mercredi dernier, par les représentants du personnel de l’INC :

http://soutenons60.org/Communiques

ainsi que les extraits des médias (journaux, télés, radios, sites web...) qui ont parlé de nous depuis le 9 septembre :

http://soutenons60.org/Revue-de-presse

Notre parole commence à être entendue. Faisons en sorte qu’elle permette de sauver « 60 » ! Avec vous, la lutte continue !

Bien amicalement,

Le comité de soutien à « 60 Millions de consommateurs »



Deuxième message envoyé aux signataires de la pétition

Samedi 22 octobre 2011

Pour sauver 60 Millions, la mobilisation continue


Bonjour à toutes et tous,

Vous êtes maintenant près de 11.000 à avoir signé la pétition sur le site http://soutenons60.org et nous vous remercions d’avoir montré ainsi votre volonté de défendre l’indépendance du magazine « 60 Millions de consommateurs ».

Il nous reste quelques semaines pour arriver à convaincre les administrateurs de l’Institut national de la consommation (INC) et les pouvoirs publics que la privatisation de « 60 Millions » conduirait les consommateurs à être privés d’un magazine qui les informe et les défend en toute indépendance depuis quarante ans.

PAS UN JOUR SANS UN ARTICLE DE PRESSE

Pour cela, outre la pétition, nous avons organisé une campagne de presse : il ne se passe pas un jour (ou presque) sans que des médias écrits ou audiovisuels ne se fassent l’écho de notre situation.

Sont ainsi parus des articles dans Libération, Le Monde, Les Échos, Marianne, L’Humanité, ou encore sur le site Rue89. Des représentants du personnel de l’INC sont intervenus sur France Inter, RFI, France Info, RMC, TSF Jazz, Radio Aligre, Radio Laser (Rennes), France 2, Canal+, France Bleu... Une dépêche a été diffusée sur le fil de l’AFP à la suite de l’envoi de notre communiqué.

Tous ces éléments sont en ligne sur le site hébergeant la pétition. Nous vous invitons à les lire, à les écouter, à les regarder :

http://soutenons60.org/Revue-de-presse

DU REMUE-MÉNAGE AU PARLEMENT

Plus de deux cents députés et sénateurs de toutes les tendances ont reçu un courrier très détaillé pour leur demander de nous soutenir dans notre action. Plusieurs d’entre eux nous ont répondu positivement et nous les en remercions.

Vous trouverez ici les noms des personnalités politiques qui nous ont, d’ores et déjà, fait part de leur soutien :

http://soutenons60.org/Ils-nous-sou...

Une première interpellation de Frédéric Lefebvre, le secrétaire d’État à la consommation, a eu lieu au Parlement lors du débat sur le projet de loi renforçant l’information et la protection du consommateur. Lequel Frédéric Lefebvre semble ne pas bien connaître le dossier : à plusieurs reprises, il a donné des informations erronées.

Il indique ainsi qu’il attend les conclusions de la Cour des comptes pour prendre une décision. Mais la Cour des comptes n’a, à notre connaissance, jamais été mandatée sur ce dossier. Si Roch-Olivier Maistre, premier avocat général à la Cour des comptes, a été invité à se pencher sur la situation économique de l’INC, il n’a qu’un rôle de conseil et n’intervient qu’à titre personnel, pas au nom de la Cour.

Autre exemple : le secrétaire d’État avance un chiffre de 5 millions d’euros de pertes pour le magazine sur les trois prochaines années. Un chiffre fantaisiste, qui ne repose sur aucune réalité !

VOTRE MOBILISATION NOUS EST PRÉCIEUSE

Le 9 novembre, le conseil d’administration de l’INC doit s’exprimer sur l’avenir de « 60 Millions ». D’ici là, continuez à diffuser largement l’adresse de notre pétition, et continuez à inviter vos connaissances à la signer :

http://soutenons60.org/Signez-la-pe...

Pour cela, vous pouvez bien sûr leur faire suivre le présent mail.

Vous pouvez aussi utiliser les réseaux sociaux, en particulier en rediffusant nos messages postés sur Twitter :

http://twitter.com/# !/Soutenons_60

... ou en invitant vos amis Facebook à rejoindre notre groupe :

http://www.facebook.com/soutenons60

Nous devons recueillir un maximum de signatures d’ici au 9 novembre. La mobilisation des consommateurs peut faire la différence. Nous comptons sur votre aide précieuse !

Bien amicalement,

Le comité de soutien à « 60 Millions »

PS : Vous pouvez aussi imprimer notre tract pour le glisser dans la boîte aux lettres de vos voisins... ou pour en laisser une petite pile chez votre commerçant préféré :

http://soutenons60.org/IMG/pdf/trac...

Pensez aux photocopies pour ne pas vider votre cartouche d’encre... De nombreux magasins spécialisés proposent des copies à moins de 10 centimes la page, et disposent d’appareils pour couper aisément les feuilles en deux. Merci encore !



Troisième message envoyé aux signataires de la pétition

Lundi 14 novembre 2011

Une première victoire remportée. Merci à vous !


Bonjour à toutes et tous,

La mobilisation autour de « 60 Millions de consommateurs » commence à porter ses fruits. Suite au conseil d’administration de l’INC qui s’est déroulé le 9 novembre, la menace d’une privatisation semble s’éloigner.

Cependant, tout danger n’est pas écarté, puisque le président du conseil d’administration penche désormais pour une solution de filialisation. Sans que cette option ne soit clairement définie : quels seraient les contours d’une filialisation ? S’agirait-il d’une filiale à 100 % ou avec la participation d’investisseurs privés ? L’INC resterait-il majoritaire ou pas ? Aucune réponse n’est apportée à ces questions.

« 60 Millions » reste donc, pour l’heure, dans une situation préoccupante. D’autant que, chaque mois, le journal perd inexorablement des abonnés, faute de campagne de recrutement.

La mobilisation doit continuer en faveur de la sauvegarde et de l’indépendance du journal. Nous avons encore besoin de vous.

Continuez à diffuser la pétition auprès de vos réseaux et connaissances. Tous les moyens sont bons :

=> Faites suivre le présent mail à vos amis, vos collègues, votre famille...

=> Imprimez notre tract, coupez-le en deux et distribuez-le dans la boîte aux lettres de vos voisins, ou déposez-en un petit paquet chez votre boulanger par exemple : http://soutenons60.org/IMG/pdf/trac...

=> Abonnez-vous à notre compte Twitter et faites suivre nos infos à vos propres lecteurs : http://twitter.com/Soutenons_60

Enfin, n’oubliez pas que le meilleur moyen d’aider « 60 Millions » est encore de devenir l’un de ses lecteurs ou, mieux, l’un de ses abonnés ! Voilà une bonne idée de cadeau à l’approche des fêtes de fin d’année ;-)

Avec vous, la lutte continue !

Bien amicalement,

Le comité de soutien à « 60 Millions de consommateurs »



Quatrième message envoyé aux signataires de la pétition

Lundi 9 janvier 2012

Pour 2012, souhaitons le meilleur à 60 Millions de consommateurs !


Bonjour à toutes et tous,

Nous vous souhaitons une très belle année 2012. Que le voeu que nous avons formulé ensemble en 2011 se réalise ! Mais pour cela, il va encore falloir se battre.

Voici un petit résumé des derniers épisodes :

comme nous vous l’avions écrit mi-novembre, le plan de privatisation est écarté... pour le moment. Désormais, c’est un projet de « filialisation » de l’activité presse de l’Institut national de la consommation (INC) qui est à l’ordre du jour : le magazine 60 Millions serait produit et commercialisé au sein d’une société distincte de l’INC, qui en resterait la maison mère.

Or, les contours d’une telle filiale restent à établir, et ses avantages à démontrer. Il faut garder à l’esprit qu’une filialisation peut être un bon moyen pour se débarrasser d’une activité encombrante (première étape vers une privatisation, mise en asphyxie de l’activité...).

Personne pour le moment ne sait si cette solution présente un réel intérêt pour l’INC et pour le magazine. Pourtant, le conseil d’administration a adopté, lors de la séance du 8 décembre, une résolution qui demande à la direction de présenter un projet de filialisation du magazine avant la fin avril.

Cette résolution n’était pas à l’ordre du jour. Elle a été adoptée à la hussarde, à la demande d’un seul membre du conseil d’administration de l’INC (nommé par le gouvernement) : le président de la commission « consommation » du Medef.

Les salariés de l’Institut restent très inquiets et redoutent qu’on ne leur impose une réforme conduisant à terme à la mort de 60 Millions de consommateurs et au démantèlement de l’INC.

La situation est d’autant plus préoccupante qu’à l’heure actuelle, l’INC n’a plus de directeur général - le précédent n’ayant pas renouvelé son mandat. Aucun remplacement n’est pour le moment annoncé.

Face aux actuelles incertitudes, vous comprendrez donc combien la mobilisation reste plus que jamais nécessaire. Seul point positif en ce début d’année : le lancement d’une campagne pour recruter de nouveaux abonnés. Nous comptons d’ailleurs sur vous : abonnez-vous, si vous ne l’êtes pas encore, et passez le message à vos parents, amis, voisins...

Vous pouvez également leur faire suivre ce mail, et les inviter à signer notre pétition si ce n’est déjà fait.

Nous vous remercions de votre attention et de votre appui.

Bien cordialement,

Le comité de soutien à 60 Millions de consommateurs



Cinquième message envoyé aux signataires de la pétition

Mardi 20 mars 2012

La privatisation de 60 Millions de consommateurs est en route !


Bonjour à toutes et à tous,

On croyait écarté le danger de la privatisation de 60 Millions de consommateurs, mais voilà qu’il revient de manière détournée.

L’État souhaite désormais « filialiser » le journal. Mais, en réalité, le projet de filialisation qui a été présenté au personnel fin février s’apparente à la première étape d’une privatisation. Il est inacceptable en l’état !

- Cette filialisation ne se justifie que par la volonté de faire entrer à terme un investisseur majoritaire. Elle n’est donc qu’une étape en vue d’une privatisation de 60 Millions.

- Cette filialisation ne s’appuie sur aucune stratégie de développement pour le journal.

- Cette filialisation n’offre aucune garantie sur l’identité et l’indépendance de 60 Millions.

- Cette filialisation va fragiliser les activités de l’Institut national de la consommation (INC, l’établissement public qui édite 60 Millions) et mettre de nombreux emplois en péril si l’activité presse était privatisée.

74 % des salariés de l’INC se sont exprimés contre ce projet le 16 mars. Et vous êtes plus de 13 300 à avoir signé notre pétition. Mais ce n’est pas suffisant : le 5 avril prochain, le projet va être soumis au conseil d’administration de l’INC.

D’ici là, il nous faut convaincre les administrateurs qu’en adoptant ce projet, ils signent un démantèlement de l’INC et, à plus ou moins long terme, la mort de 60 Millions de consommateurs. Nous avons plus que jamais besoin de vous pour faire pression et mobiliser.

Aidez-nous !

=> Continuez à faire signer la pétition autour de vous en faisant suivre le présent mail à vos amis, vos collègues, votre famille... Le formulaire de signature est ici : http://soutenons60.org/Signez-la-pe...

=> Si vous connaissez des personnes influentes au sein du monde politique, de l’administration de tutelle de l’INC (ministère de l’économie), des médias, des associations de consommateurs représentées au sein du conseil d’administration de l’INC... n’hésitez pas à les contacter pour leur faire part de nos graves inquiétudes quant à la survie de 60 Millions et plus largement de l’Institut national de la consommation.

Nous sommes bien sûr à votre disposition pour en discuter plus en détail, ou pour répondre à vos questions : http://soutenons60.org/spip.php?pag...

=> Imprimez notre tract et distribuez-le dans la boîte aux lettres de vos voisins, ou déposez-en un petit paquet chez votre boulanger par exemple : http://soutenons60.org/IMG/jpg/trac...

Pensez aux photocopies pour ne pas vider votre cartouche d’encre... De nombreux magasins spécialisés proposent des copies à près de 10 centimes la page, et disposent d’appareils pour couper aisément les feuilles en deux.

=> Abonnez-vous à notre compte Twitter et faites suivre nos infos à vos propres lecteurs : http://twitter.com/Soutenons_60

Bien amicalement,

Le comité de soutien à 60 Millions de consommateurs


Communiqué de presse des représentants du personnel de l’INC

Mardi 27 mars 2012

Manifestation jeudi 29 mars à Bercy contre la filialisation de 60 Millions de consommateurs


Face au danger que représente le projet de filialisation de 60 Millions de consommateurs, le comité de soutien au journal et le comité d’entreprise de l’Institut national de la consommation (INC), soutenus par la CFDT de l’établissement, organisent un rassemblement jeudi 29 mars à 14h30 à Bercy, devant le parvis du ministère de l’économie.

Par cette manifestation, salariés et consommateurs souhaitent interpeller le secrétaire d’État à la consommation, Frédéric Lefebvre, sur les risques que le projet de filialisation qu’il défend fait courir au magazine et à l’INC.

Les salariés de l’INC demandent à ce que Frédéric Lefebvre puisse recevoir à cette occasion leurs représentants, afin qu’ils lui remettent la pétition signée par plus de 15 000 citoyens refusant la privatisation du magazine.

Petit rappel des faits :

En septembre dernier, l’État envisageait de privatiser le journal édité par l’Institut national de la consommation (INC), établissement public à caractère industriel et commercial (Epic). Face à l’hostilité que ce projet avait soulevée, la direction s’oriente aujourd’hui vers une filialisation des activités presse de l’INC.

La future filiale, qui serait détenue à 100 % par l’INC, a été présentée au personnel, fin février, comme permettant un développement du journal. En réalité, le projet n’apporte aucun financement supplémentaire, sauf à faire entrer des investisseurs privés dans le capital. Il s’apparente donc à la première étape d’une privatisation.

Lors d’un vote organisé par les élus au comité d’entreprise le 16 mars dernier, 74 % des salariés de l’INC ont rejeté le projet, estimant qu’il était inacceptable en l’état. Cela pour plusieurs raisons :

- Cette filialisation n’a aucune justification, sinon celle de faire entrer à terme un investisseur privé majoritaire.

- Cette filialisation ne s’appuie sur aucune stratégie de développement pour le journal.

- Cette filialisation n’offre aucune garantie sur l’identité et l’indépendance de 60 Millions.

- Cette filialisation va fragiliser les activités de l’INC et mettre de nombreux emplois en péril si l’activité presse venait à être privatisée.

La prochaine étape aura lieu le 5 avril prochain, date à laquelle le Conseil d’administration de l’INC sera amené à adopter le projet. Les salariés souhaitent que les administrateurs prennent conscience qu’en adoptant ce projet, ils signeraient un démantèlement de l’INC et, à plus ou moins long terme, la disparition du journal tel qu’il est aujourd’hui. Les salariés sont suivis dans ce combat par une majorité d’organisations de consommateurs et par un grand nombre de députés et de sénateurs.

La pétition en ligne sur le site Soutenons60.org a recueilli près de 15 500 signatures à l’heure où nous postons ce communiqué.


Sixième message envoyé aux signataires de la pétition

Mardi 3 avril 2012

Première victoire contre la privatisation de 60 Millions de consommateurs !


Bonjour à toutes et à tous,

Tout d’abord, nous voulons remercier tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, nous ont soutenus lors de la manifestation de jeudi dernier contre la privatisation de 60 Millions de consommateurs et le démantèlement de l’Institut national de la consommation (INC). Merci pour vos nombreux messages d’encouragement.

Lors de cette après-midi revendicative (mais aussi festive !), quatre représentants des salariés de l’INC ont été reçus par le chef de cabinet du secrétaire d’État à la consommation.

Ils lui ont remis la pétition que vous êtes plus de 16 000 à avoir signée, et ont une nouvelle fois demandé à ce que soit purement et simplement abandonné le projet de filialisation du journal tel qu’il est présenté.

Ce vœu aurait-il enfin été entendu ? Force est de constater que le projet qui devait être examiné le 5 avril par le conseil d’administration de l’INC n’a pas été inscrit à l’ordre du jour, contrairement à ce qui était annoncé depuis plusieurs semaines. Pour les salariés et les membres du comité de soutien, ce report sine die équivaut à une première victoire !

Il paraît désormais peu probable que le projet soit soumis au vote du conseil d’administration avant les élections présidentielles – d’autant que l’INC attend toujours le remplacement de son directeur général, parti au mois de décembre…

Pour autant, si une bataille a été remportée, la guerre est loin d’être terminée. Les salariés de l’INC attendent désormais la mise en œuvre d’un véritable plan de développement et de relance du magazine qui doit rester au sein de l’Institut national de la consommation. Ils espèrent que le prochain directeur saura entendre ces revendications.

Nous vous tiendrons informés de l’évolution des événements. En attendant, l’ensemble des salariés de l’INC continueront chaque mois à mettre toute leur énergie pour offrir au consommateur le meilleur magazine qui soit. Continuez à le soutenir… en vous abonnant ou en abonnant vos amis, par exemple !

Bien cordialement,

Le comité de soutien à 60 Millions de consommateurs


Communiqué de presse des représentants du personnel de l’Institut national de la consommation

Lundi 13 mai 2013

INC-60 Millions de consommateurs : non à la scission !


Le gouvernement s’apprête à créer une société de droit privé destinée à isoler le magazine 60 Millions de consommateurs de son éditeur actuel, l’Institut national de la consommation (INC).

Les conséquences de cette décision seraient désastreuses pour le service public de l’information aux consommateurs, avec la disparition probable du centre des essais comparatifs de l’INC, l’affaiblissement des moyens du magazine et sa probable vente à terme à un groupe privé.

Ce n’est pas la première fois que l’administration et le gouvernement tentent d’étouffer « 60 ». En 2011, un projet de filialisation suivi d’une vente du titre avait avorté sous la pression de parlementaires, d’associations de consommateurs, de citoyens-consommateurs et des salariés de l’INC mobilisés derrière leur revue. Cette tentative de démantèlement avait donné lieu à des audits et études complaisants, surfacturés à l’INC et qui ont creusé son déficit en 2012. Un gaspillage financier scandaleux.

Le motif d’un déclin du titre n’est pas non plus recevable : 60 Millions de consommateurs a vu ses ventes en kiosque augmenter de 7 % en 2012 alors que le secteur de la presse magazine traverse une crise grave.

Rappelons que « 60 » est édité par l’INC pour remplir sa mission de service public d’information des consommateurs, telle que décrite par le code de la consommation. Il est conçu par des journalistes, des ingénieurs, des juristes, des économistes, des documentalistes, ce qui en fait sa spécificité et sa force. Séparer les journalistes des autres contributeurs signerait son affaiblissement définitif.

Le projet du ministre de la consommation, élaboré sous la pression de son administration, est donc contestable juridiquement, catastrophique socialement et injustifié économiquement. Il priverait surtout les Français d’une information experte et indépendante qui a encore permis, le mois dernier, de révéler la présence de résidus de médicaments dans certaines eaux minérales.

Au moment où le ministre Benoît Hamon présente un projet de loi visant à renforcer l’information et la protection des consommateurs, nous appelons les parlementaires de tout bord à l’interpeller pour qu’il renonce au projet de démanteler l’INC par la création de cette société.

Les représentants du personnel de l’INC sont disponibles pour faire part de leur position qu’aujourd’hui le ministre et son cabinet n’ont pas encore souhaité entendre.

Les représentants du personnel au comité d’entreprise et au conseil d’administration de l’INC


Septième message envoyé aux signataires de la pétition

Lundi 13 mai 2013

60 Millions de consommateurs est toujours dans la tourmente ! Le gouvernement doit s’engager pour l’avenir du magazine.


Il y a plusieurs mois, vous étiez plus de quinze mille à signer la pétition de soutien au magazine 60 Millions de consommateurs, lorsque le précédent gouvernement envisageait d’abord sa privatisation, ensuite sa filialisation. Le projet avait avorté sous votre pression et sous la mobilisation de parlementaires, d’associations de consommateurs, et des salariés de l’Institut national de la consommation (INC), l’établissement public qui édite le magazine.

Depuis, le gouvernement a changé. 60 Millions aussi a changé grâce au lancement d’une nouvelle formule en janvier 2013 : plus claire, plus moderne, plus proche du lecteur… Des atouts qui doivent permettre à 60 de continuer sur sa lancée de 2012, année au cours de laquelle ses ventes en kiosque ont augmenté de 7 % alors que le secteur de la presse traverse une crise grave.

Pourtant, malgré ces signes positifs, les salariés de l’INC et de son magazine restent inquiets. Le projet de filialisation que l’on croyait définitivement enterré refait surface avec les conséquences désastreuses qu’il impliquerait : la disparition prévisible du centre des essais comparatifs de l’INC, l’affaiblissement des moyens du magazine et, à terme, sa probable vente à un groupe privé…

Le collectif « Soutenons 60 » souhaite que le ministre délégué à la consommation, Benoît Hamon, prenne une fois pour toutes une position ferme et définitive sur l’avenir de l’INC et de 60 Millions.

Rappelons que 60 est édité par l’INC pour remplir sa mission de service public d’information des consommateurs, telle qu’elle est décrite par le code de la consommation. Il est conçu par des journalistes, des ingénieurs, des juristes, des économistes, des documentalistes, ce qui en fait sa spécificité et sa force. Séparer les journalistes des autres contributeurs signerait son affaiblissement définitif.

Le projet priverait surtout les Français d’une information experte et indépendante qui a encore permis, tout récemment, de révéler la présence de résidus de médicaments dans certaines eaux minérales.

N’hésitez pas à relayer cette information et continuez à soutenir 60 Millions de consommateurs, en vous abonnant, par exemple, ce qui est le plus sûr des soutiens pour faire vivre une publication !


Communiqué de presse des représentants du personnel de l’Institut national de la consommation

Mercredi 25 juin 2014

60 Millions soldé, salariés liquidés... Non au démantèlement de l’INC !


En ce 25 juin, la secrétaire d’État Carole Delga lance la période des soldes d’été. Ce qu’elle se garde bien de dire, c’est que ses services ont décidé d’exclure le magazine 60 Millions de consommateurs des activités de l’Institut national de la consommation, qui l’édite depuis 1970.

En clair, le gouvernement souhaite vendre 60 Millions à un groupe privé. Et mettre brutalement fin à cette publication connue de tous les Français ou presque. Terminés les enquêtes, études et essais indépendants au service de la protection des consommateurs, finie l’information indépendante au service du citoyen, au rebut les expertises pour le compte des associations de consommateurs : tout risque de disparaître, liquidation !

En effet, le projet de contrat d’objectifs et de performance 2014-2018 tel que Bercy veut l’imposer à l’INC prévoit de sortir les activités de presse du périmètre de l’INC.

Conséquence directe : on prive l’INC des ressources des ventes de son journal, soit les trois quarts du chiffre d’affaires, puisque 60 Millions, activité non subventionnée, permet à l’Institut de compenser la baisse dramatique de ses subventions (divisées par trois en vingt ans, diminuées de 17 % en deux ans). Conséquence directe plus grave encore : 60 % des salariés sont menacés à la fois par la vente du journal et par le manque à gagner qui en découlerait pour l’INC.

Et tout ça pourquoi ?? ON NE LE SAIT PAS !

Sollicitée dès le premier jour de sa prise de fonction, Carole Delga n’a pas daigné répondre à nos multiples sollicitations, nous contraignant à perturber le lancement des soldes.

Le gouvernement doit désormais assumer ses actes, en expliquant pourquoi il veut dégager 60 Millions de l’INC, et pourquoi, lui qui prétend être si attentif du sort des salariés menacés en général, s’apprête à déclencher un plan social absurde.

Nous demandons aux citoyens de signer la pétition en ligne sur le site du comité de soutien à « 60 », et nous prions la secrétaire d’État d’avoir le courage d’affronter la réalité.

Non au bradage absurde de 60 Millions de consommateurs !